Des infos et des trucs à dire !

Salut les zinzins et les zinzines

Quèques z’infos et p’tits machins à raconter, dans un ordre non hiérarchique car la hiérarchie, c’est comme les étagères, plus c’est haut et moins ça sert.

– Honte à nous, nous participons à la plus grande entreprise d’auto-flicage jamais connue, on est sur Fessebouc. Bref, on va pas s’étendre sur les raisons, toujours est-il qu’il ya une page, vous pouvez même nous laïker, et trouver des infos plus ou moins importantes, sur PPCC, les luttes dans le social et ailleurs, et puis d’autres trucs moins utiles mais toujours plaisants.

– Enfin, enfin, enfin, nous disposons d’exemplaires papiers magnifiques du numéro 2 !

Alors, pour en avoir un faut trouver physiquement l’un-e d’entre nous ou nous contacter virtuellement via notre adresse mail ou notre « FB » pour ensuite nous trouver en vrai, parce que c’est ça l’intérêt véritable. Se rencontrer, causer, blaguer, tout ces trucs que font les vraies gens, en vrai dans la vraie vie, quand elles et ils ont des choses en commun à partager.

Pour le moment c’est en région parisienne et rennaise que vous avez le plus de chances de trouver un-e membre. Mais tout est possible. Ou presque.

Parlons thunes un peu : c’est 2 balles le numéro à prix de revient, plus si vous voulez non pas graisser notre compte épargne mais faire en sorte qu’on puisse avancer les impressions du futur numéro 3 sans devoir manger des pâtes au beurre pendant 3 mois.

– Ah ouais, avec un peu de chances vous aurez droit à un exemplaire du 1 gratos, avec un peu de chance.

– On a rencontré plein de gens bien cool au festival du travail social à Bobigny y’a quelque temps, où on avait notre petit stand, et on est bien chaud-e-s pour être invité-e-s ailleurs. On est mobiles et on aime bien ça, rencontrer d’autres voyous.

Et c’est pas mal pour aujourd’hui,

Bises et calins,

on vous laisse avec mémé qui a poussé pépé dans les orties, et qui nique bien le patriarcat et le capitalisme

13072854_1077721965633083_3395696776802264305_o

Pan Pan Cul Cul !, Numéro 2 !

13055834_1077710202300926_4205359737409076450_o

Le voilà, il est prêt !

Pour info, le numéro 2 a été conçu en grande partie à la main… La maquette est donc très DIY, et tant mieux parce qu’on aime pas trop les ordinateurs.

M’enfin, on vous le met quand même en PDF :

En A4, pour l’instant, certaines pages un peu de traviole, et la résolution n’est pas terrible… En attendant une meilleure version, et une version A3

Format A4, donc : panpanculcul2

Pan-Pan-Cul-Cul ! , numéro 1

Le numéro 1, en téléchargement libre sur ce lien :

 

panpanculculnumero1

 

 

Sur la diffusion de Pan-Pan-Cul-Cul !

Nous vous invitons, si toutefois ce fanzine vous plaisait, à le faire vivre autour de vous. En le téléchargeant, en l’imprimant et le photocopiant, en le donnant à qui vous voulez, en le laissant à la laverie automatique ou sur un coin de bistro.

Internet, c’est bien joli, mais comme on aurait probablement plus de chances d’être lu-e-s en offrant le fanzine à toute âme humaine rencontrée dans le désert de Gobi qu’en le rangeant sur une étagère de la BNF, nous avons la drôlesse d’esprit de croire que faire exister des versions papiers, déposées dans un endroit sympathique ou délivrées de la main à la main, c’est mieux que de simplement  balancer un PDF sur un blog… Nous ne sommes surement pas les seul-e-s.

Or nous n’avons pas tou-te-s accès à des photocopieuses en libre accès. Nous ne sommes pas riches au point de pouvoir se payer 500 impressions au Copy-Center du coin. Les premières impressions ont été faites à l’arrache, un peu avec ce qu’il y avait au fond de nos poches, un peu (beaucoup) grâce aux camarades qui les ont faites en loucedé sur les photocopieuses du taf. Au passage, donc, un grand merci à celles et ceux qui ont contribué à l’impression du numéro 1, et qui se reconnaitront surement.

D’autre part, Nous ne sommes pas des centaines disséminé-e-s aux quatre coins de la France ou d’ailleurs, ce qui limite fortement notre capacité de diffusion.

Pour ces raisons évidentes, vous êtes plus qu’autorisé-e-s à diffuser Pan-Pan-Cul-Cul autour de vous !

 

 

Pan-Pan-Cul-Cul… C’est quoi !



Pour les feignasses, les qui-n’ont-pas-que-ça-à-foutre, les pressé-e-s de passer à la suite, voilà une version courte :

Pan Pan – Cul Cul ! est un fanzine libre,  sans dépôt légal, qui se propose d’exposer une vision singulière de ce que représente le travail social à l’heure actuelle.

Pan Pan – Cul Cul ! s’inscrit dans une démarche critique de la société néo-libérale actuelle et de ses répercussions sur le quotidien des travailleur-e-s socia-les-ux et les personnes qu’elles et ils accompagnent.



Pour les autres, une version plus détaillée, que l’on retrouvera de toute façon à l’intérieur du numéro 1 :

On a réussi ! on a fait le numéro 1. Il n’y aura peut-être pas de numéro 2. Il y aura peut-être des dizaines et des dizaines de numéros. On s’en fout. Pan Pan – Cul Cul ! paraîtra quand nous aurons des choses à dire. Des choses, nous en avons beaucoup à dire. Encore faut-il trouver comment les dire. C’est pour ça que nous avons fait exister Pan Pan–Cul Cul !

Mais dire quoi ? A propos de quoi ? Pourquoi ? C’est quoi ce machin, au juste ?

TADAM ! Roulement de tambours ! Hurlements d’une foule en liesse ! et……. BOUM !

Pan Pan – Cul Cul ! est le projet – qu’il est rabâché ce mot ! – de trois « éduc-spé » comme on dit, qui :

1. Ambitionnent profondément de ne pas demeurer trois. Et surtout pas trois « éducs ». On aimerait bien, vraiment bien, être rejoints par des gen-te-s, qui, de près ou de loin, se baladent dans la vaste boite fourre-tout des « travailleur-se-s socia-les-ux »

2. Ambitionnent (que d’ambitions !) de dire, causer, hurler, beugler, sussurer, rigoler, pleurer, brailler, chanter, chier et conchier, raconter,moquer leur «métier». Bref, la question c’est, encore une fois (que ne l’a-t-on pas entendue, cette foutue question) : QU’EST-CE QU’ON FOUT LA ?

3. Ambitionnent (décidemment !) que la manière dont on le dit, ce qu’on pense foutre là, soit au maximum éloigné de ce que l’on nous demande de faire, à l’école des éducateurs et éducatrices tous beaux toutes belles, tous naïfs toutes naïves ; sur le fameux et redouté « terrain » ; dans la presse spécialisée qui se pense encore « neutre » ou dans les pavés de techniques éducatives des éditions Dunod.

Ah oui, aussi : Nous avons besoin de vous. Pour lire évidemment, mais aussi pour faire vivre ce machin, parce que, en vérité, on aimerait bien qu’il y ait un numéro 2. Mais si nous ne sommes pas des machines à éduquer, nous ne sommes pas non plus des robots gratte papier.

Alors pour toute proposition, c’est là : panpanculcul[at]riseup.net